La fondation des Batteries A et B

En 1871, la Grande-Bretagne a retiré la plupart des autres membres réguliers britanniques, ce qui a poussé le gouvernement canadien à créer des unités de milice permanentes et à plein temps.

L’ordonnance générale no 24, datant du 20 octobre 1871, autorisait la formation des Batteries A et B de l’artillerie de garnison et des écoles d’artillerie.  Des artilleurs de la milice non permanente ont été transférés dans les batteries nouvellement formées.

La Batterie A s’est jointe à l’effectif de Fort Henry à Kingston (Ontario) sous le commandement du lcol French.  La Batterie B a occupé la Citadelle de Québec sous le commandement du lcol Strange, qui est devenu le père de l’Artillerie canadienne.

En 1887, la Batterie C a été formée à Esquimalt (Colombie‑Britannique).  Les Batteries A et B ont formé la Royal Canadian Horse Artillery en 1905.  Durant la Première Guerre mondiale, elles ont été incluses à la Brigade de le RCHA, et durant la Deuxième Guerre mondiale, elles ont été intégrées au 1er Régiment d’artillerie de campagne, RCHA.