Les premières années

Cette histoire de la Milice du Canada couvre des centaines d’années.  En 1534, Jacques Cartier a lancé les premiers tirs d’artillerie le long de la côte atlantique.  Depuis, des pionniers ont servi dans les milices de la Nouvelle‑France et de l’Amérique du Nord britannique.

En 1793, la Loyal Company of Artillery se formait à Saint John (Nouveau-Brunswick).  L’unité existe encore, sous le nom de 3e Régiment d’artillerie de campagne, ARC.  La guerre de 1812 et les Rébellions de 1837-38 ont aidé à promouvoir la formation de nouvelles unités de milice.

La guerre de Crimée (1853-1856) a fait en sorte qu’il y avait moins de membres de la Force régulière britannique en Amérique du Nord britannique.  Le législateur canadien a adopté la Loi sur la milice de 1855, laquelle autorisait une milice de bénévoles dont le nombre peut aller jusqu’à 5 000, dont des batteries d’artillerie équipées et formées aux frais du gouvernement.

En 1855, cinq batteries d’artillerie formées de volontaires ont été constituées à Hamilton, Kingston, Montréal, Ottawa et Québec.  Il s’agissait des premières unités de milice de la Réserve ou de Milice active non permanente.